The cult of fun has spread like some disgusting haemorrhagic disease

Accueil > Comment on cause du jeu vidéo >

Le journalisme décomplexé

Un lecteur de jeuxvideo.fr dans le courrier des lecteurs :

Pour HomeFront, on voit sur l’affiche une expression de votre rédaction laissant penser que vous avez adoré le jeux or votre test donne un son de cloche bien différent. Est-il légal de sortir une phrase de son contexte pour l’afficher comme ça ? Demandent-ils votre approbation au préalable ? Êtes-vous payés pour ça ?
(Bertrand)

On remarque immédiatement l’impertinence de la question : y’aurait-il des liens de connivence entre ceux qui fabriquent et qui vendent les jeux vidéo et ceux dont le métier serait d’informer, de prévenir toute forme de manipulation ?

On pourrait s’attendre à une réponse outragée du journaliste : "Comment osez-vous ?! et notre indépendance du dedans du nous-même ?"

Il n’en est rien.

En effet, un éditeur doit nous demander notre avis avant d’utiliser une citation issue d’une preview ou d’un test. Nous donnons généralement notre autorisation, mais n’en obtenons aucune rémunération. Disons qu’il s’agit de vivre en bonne intelligence avec un partenaire de tous les jours.

Après, il est de bonne guerre que l’éditeur retienne une citation plutôt favorable à son jeu : nous faisons tout de même attention à ce que nos propos ne servent pas un titre tout pourri... Mais il est aussi de la responsabilité de l’acheteur potentiel de ne pas se laisser embobiner par la publicité.

Fichtre ! C’est tellement franc qu’on imagine même pas un cynique dire une chose de ce genre...

TonTon, il y a longtemps, proposait déjà une lecture de ce genre de pratique...

dimanche 3 avril 2011


Voir en ligne : Le Courrier des Lecteurs

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

En bref