The cult of fun has spread like some disgusting haemorrhagic disease

Accueil > Comment on cause du jeu vidéo

jeudi 8 mai 2008

Wii-Fit forme la presse - Episode I

La critique fantôme

Au travers d’un long article, Libération commente la sortie prochaine du nouveau succès annoncé de Nintendo, la machine à faire bouger les joueurs : Wii-Fit. L’analyse proposé nous explique pourquoi la "trouvaille commerciale" va marcher mais aussi pourquoi il faut l’adopter.

Un article qui risque de passer inaperçue tant l’attention générale a été captée cette semaine par la sortie de Gran Theft Auto IV. Pourtant il serait dommage de ne pas s’arrêter un moment sur le papier de Bruno Icher et Olivier Séguret pour découvrir (ou pas) ce qu’est un publireportage et de se demander si finalement ce n’est pas la norme dans la presse vidéoludique.

Le deal de départ que passe les auteurs de l’article avec leur lecteur est tout simple et tient en ces mots : « Petit tour d’horizon en sept questions. » Sept questions, en bon comptable, nous serons donc en droit d’attendre sept réponses. Tour d’horizon du tour d’horizon.

Incroyable mais ça marche !

Au physique, l’effort et la douleur ne sont jamais insoutenables mais le programme permet d’éprouver ses limites  : Wii Fit est peut-être amusant, mais ce n’est pas que de la rigolade, les courbatures du lendemain en fournissant une démonstration tétanisante.

Libération du 28 avril 2008, on peut aussi retrouver cet article ici

Reprenant un discours digne des plus grands moments de téléachat (à moins que ce ne soit le sketch de la "Barre de fer" de Jamel et Gad ?), nos deux compères nous expliquent bien gentiment que, peut-être que la publicité de Nintendo autour de son appareil vise à plus transformer l’image publique du joueur qu’autre chose, mais surtout que c’est vrai, grâce à Wii-Fit on va suer, maigrir et enfin se constituer le corps de rêve qui manque à tout les joueurs apathiques de la planète.

Grâce à Wii-Fit on a des courbatures, enfin ! C’est bien là la preuve que l’on vient de faire des efforts ! Il me semble d’ailleurs que l’on voit poindre des muscle sous la couche graisseuse durement acquise a force d’année passée à jouer à Super Mario. On ressemble à ce à quoi l’on joue et toute l’entreprise du jeu vidéo à l’heure actuelle est de gommer le gros lard moustachu que vous êtes devenu afin de laisser la place au très performant Altair, du moins son corps !

Le problème qui fâche

Est-ce un jeu ?

On pourrait, à ce moment de l’article (nous en sommes à 5 réponses sur les 7 promises au départ) penser que l’on va enfin obtenir une critique sur l’objet, que les analystes vont nous livrer le résultat de leurs analyses... et bien non. On se contentera de l’avis des autres, des gamers hardcore, dont on ne sait pas grand chose d’ailleurs, si ce n’est qu’ils rejettent en bloc Wii-Fit et Second Life.

L’erreur

Le prix de lancement est de 90 euros tout compris (sauf la console), soit environ 20 euros au-dessus du prix moyen d’un jeu pour Wii.

Un rapide tour d’horizon du prix des jeux Wii nous apprend ceci : prix moyen des jeux Nintendo : 50€, éditeurs tiers : 60€ ... je vous laisse sortir les calculettes mais il semblerait bien qu’à Libération on évalue le prix des jeux avec une grosse louche.

Une dernière pour la route ?

Une dernière petite citation pour la route, mais elle ne vient pas de Libération cette fois, mais de Wikipédia, et c’est en fait la définition d’un mot valise peu connu des lecteurs, mais très connu dans la presse : le publireportage.

Est qualifiée de publireportage toute publication, écrite ou orale, qui, présentant sous la forme d’une information exacte, prône l’usage d’une marque ou d’un produit vendu par la personne ou l’organisme qui finance cette information. Un infomercial n’est pas une information indépendante, car son contenu est fourni par le commerçant qui le finance.

Loin de moi l’idée de dire que l’article de Libération est du publireportage déguisé, caché, mais le doute peut nous effleurer, car enfin un journaliste qui commence par vous faire une étude de marché (qui le jeu peut intéresser), puis vous en vante les mérites (on fait des efforts dans son salon, et on devient beau) et enfin renvoi toutes les objections critiques à des délires de voyante (on verra dans le futur si c’est un gadget, si ca pollera plus pour gagner plus, etc.) La réalité, le tout de suite, maintenant ne dis finalement qu’une seule chose : "C’est cher, oui, mais ça ne l’empêchera pas de cartonner." Alors, participez ! Vous aussi, achetez le !

Le constat est largement repris par la presse spécialisée, on retrouve donc chez jeuxvideo.com l’idée que, oui, Wii Fit ça marche, mais que c’est plus à réserver aux personnes soucieuses de leur image qu’aux véritables gamers (sans jamais dire ce que c’est que jouer). Même constat chez Gamekult où on avoue complètement que sous couvert de ludisme on nous fait passer, en douce, un bon discours hygiéniste.

par Eidolon

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document